Wagner à la Belle Époque : le regard de Willy, par Marie-Bernadette Fantin-Epstein

Publié le - 20h00Hôtel Bedford

Henry Gauthier-Villars, dit Willy, est l’homme à la mode du Tout-Paris de la Belle Époque. Mystificateur et cabotin en diable, il signe, sous le nom de « L’Ouvreuse du Cirque d’été », des articles de critique musicale où il joue à faire et défaire les célébrités du monde de la musique, à la pointe de sa plume acérée, pétillante d’esprit et tellement pertinente et moderne.

« Wagner : partout ! », lisons-nous dans l’index des recueils de Lettres. En effet, l’Ouvreuse a choisi de défendre Wagner, violemment discuté pour des raisons totalement étrangères à l’art (il fait, à cette époque, l’objet de polémiques incessantes, répercutées par divers journaux où Willy collabore sous différents pseudonymes). Toute l’histoire de la musique de cette période revit à travers ces pages profondes, acérées et facétieuses du critique, qui crée, dans ses articles, une véritable mise en scène d’un théâtre où les héros se nomment Charles Lamoureux et Édouard Colonne. Willy nous promène également en province, à l’étranger, à Bayreuth surtout, où la mode conduit tout wagnérien digne de ce nom.

Germaniste brillant et fin musicologue, Willy connait parfaitement son sujet, ce qui lui permet de le dominer avec aisance et d’en jouer. Il ne se contente pas de publier dans les journaux, mais ses romans légers, et aussi quelques essais sérieux, jalonnent une carrière qui gagne a être connue, surtout après les dénis indécents de Colette, son épouse injuste et ingrate !

*     *     *

Marie-Bernadette Fantin-Epstein a fait sa carrière universitaire à Toulouse-Jean-Jaurès comme maître de conférences en Littérature comparée (spécialité : Lettres-Musique) ; elle y a dispensé un enseignement autour de l’opéra, avec, dès sa nomination, un cours de licence uniquement consacré à l’œuvre de Wagner, et, en tant que directeur de recherches, elle a programmé des séminaires de master et dirigé des masters et des thèses portant sur Richard Wagner et le wagnérisme. Elle a publié Wagner et la Belle Epoque – Le regard de Willy (éd. Editions Universitaires du Sud, Toulouse, 1999) et écrit de nombreux articles sur Wagner. Elle a contribué à l’élaboration du Dictionnaire encyclopédique Wagner de Timothée Picard (éd. Actes Sud – Cité de la musique, 2010), et participe toujours aux travaux de lIRPALL et du LLA (recherche) à l’université Toulouse II. Elle est actuellement membre du Bureau du Musée Virtuel Richard Wagner, et du Cercle Richard Wagner Toulouse Occitanie depuis sa création.